École intercommunale de Musique, d’Arts & de Danse – Brignoles (83)

En 2016, l’équipe de maîtrise d’œuvre emmenée par l’agence bordelaise KING KONG, dans laquelle VENATHEC était intégrée aux côtés des bureaux d’études VERDIER et OVERDRIVE, a été lauréate du projet de restructuration de l’ancien couvent des Ursulines, à Brignoles (83), en vue d’y installer l’école de musique et de danse de la Communauté d’agglomération de la Provence Verte.

  • Accueil
  • Référence
  • École intercommunale de Musique, d’Arts & de Danse – Brignoles (83)

La genèse du projet

Maître d’Ouvrage : Communauté d’Agglomération de la Provence Verte

Architecte : Atelier d’Architecture King Kong

Type de travaux : restructuration

Montant : 4,45 M€

Surface : 1 839 m2

Date de début de l’étude : 2017

Date de livraison : septembre 2020

Mission : DIAG, APS, APD, PRO, ACT, VISA, DET, AOR

Dès la phase concours, notre agence aixoise a échangé fructueusement avec l’agence d’architecture King Kong afin de définir les solutions constructives les mieux adaptées pour répondre à un programme très succinct, qui tenait en 20 pages.

Compte tenu des planchers existants en mauvais état, des hauteurs de dalle à dalle nécessaires pour les salles de musique, et du parti pris de réaliser la salle d’orchestre en double hauteur, l’équipe de MOE a présenté un projet consistant à casser tout l’intérieur du bâtiment, et ne conserver que les façades du bâtiment existant, dont le caractère patrimonial était intéressant.

La démarche

Au stade du concours, nous avions diffusé à l’architecte une note avec les contraintes acoustiques dimensionnantes : hauteurs sous plafond nécessaires par type de local, épaisseur des complexes isolants (façades, planchers, cloisons, plafonds, chapes), nécessité de sas pour certains locaux, déparallélisation des parois des salles de musique, épaisseurs des corrections acoustiques en murs et plafonds.

Nous avons également guidé l’architecte dans la disposition spatiale des locaux pour satisfaire aux contraintes acoustiques : regroupement des salles à fort isolement acoustique, regroupement sur un même niveau des salles nécessitant une grande hauteur dalle à dalle, implantation d’une salle d’orchestre en double hauteur accessible à RdC, utilisation des circulations communes pour l’isolation vis-à-vis des bruits extérieurs.

Une fois lauréat, compte tenu de l’absence de programme acoustique sur l’opération, nous avons rencontré les utilisateurs et proposé au Maître d’ouvrage des objectifs de performance en adéquation avec les pratiques dispensées, en distinguant :

  • les salles de musique à haute isolation acoustique (batterie, guitare électrique, studios de répétition et leur salle de MAO, salle de percussions, salle d’orchestre) ;
  • les salles de musique à isolation acoustique standard (chant, pratique instrumentale non amplifiée) ;
  • les salles de danse ;
  • les salles de formation musicale.
Les objectifs visés sont inspirés du guide du GIAC relatif aux écoles de musique. Pour la salle d’orchestre, l’objectif était de viser une acoustique intérieure polyvalente (volume de 1200 m3, durée de réverbération visée entre 1,1 à 1,2 s, parois diffusantes). Nous avons également réalisé un diagnostic acoustique environnemental car le projet est en centre-ville, avec des habitations très proches et avec une façade sur une avenue très passante.

Les modes constructifs retenus

Le gros du sujet a été la structure, puisqu’il a fallu déconstruire tout l’intérieur du bâtiment, tout en conservant les façades. Le BET structure a retenu l’emploi de grosses poutres béton transversales, des planchers en béton d’épaisseur 20 cm, associées à des reprises en sous-œuvre. La charpente et la toiture ont été refaites.

Les salles de musique ont été construites selon le principe de la « boite dans la boite », selon deux typologies :

  • pour les salles à haute isolation acoustique dont la salle d’orchestre : enveloppe extérieure en béton (voiles et planchers), plafond isolant sur suspentes à ressort, dalle flottante sur plots antivibratiles en polyuréthane, doublages placostil posés sur la dalle flottante et sous plafond isolant, communication par double porte ou sas acoustique ;
  • pour les salles à isolation acoustique standard : cloisons sèches à double ossature d’épaisseur 28 cm entre salles et 16 cm sur couloir, chape sur laine minérale, plafond isolant sur cavaliers acoustiques, bloc-porte simple, châssis vitrés à double baie vitrée vis-à-vis des couloirs
  • Les salles de danse ont reçu un plancher bois flottant recouvert d’un sol souple spécifique, et un plafond isolant sous toiture.

Des sas acoustiques ont été créés pour la salle d’orchestre et les salles de batterie et de guitare électrique. Pour les studios et la salle MAO, le maître d’ouvrage a préféré des doubles portes pour éviter la perte de surface au sol induite par les sas. Une double baie vitrée, inclinée, avec absorption entre vitrages, a été réalisée entre la salle MAO et les studios de répétition.

En termes de corrections acoustiques :

  • plafond en dalles de laine minérale et panneaux muraux en fibres de bois pour les salles nécessitant une courte durée de réverbération (musique amplifiée) ;
  • plafond en plâtre perforé et absorbant mural sous toile tendue pour les salles nécessitant une acoustique plus vivante ;
  • habillages bois sur murs et plafonds dans la salle d’orchestre, avec de nombreux redents pour créer de la diffusion naturelle et certaines surfaces perforées pour contrôler la réverbération. 

Ces éléments ont été mis au point sous CATT Acoustic. Il a été veillé à éviter les échos flottants en déparallélisant les cloisons et doublages des salles de musique, et en créant de multiples facettes sur les habillages bois intérieurs à la salle d’orchestre. 

Les quelques salles avec façade sur rue ont reçu une double fenêtre, tandis que la majeure partie des salles sont éclairées en second jour par une baie vitrée à deux vitrages, les circulations communes faisant tampon entre les salles et l’extérieur. 

Les réseaux de ventilation ont été insonorisés par piège à son primaire sur les CTA, piège à son secondaire à chaque entrée de salle (sur soufflage et reprise), et conduit flexible acoustique pour relier aux terminaux de type poutres froides. Les poutres froides sont le système de ventilation individualisé le moins bruyant, donc parfaitement adapté à ce type d’opération.

Tous ces systèmes ont été discutés au sein de la MOE dès le début du projet, pour que les contraintes soient parfaitement intégrées. Cela était d’autant plus important que le projet est très contraint en dimensions, contenu dans l’enceinte des murs existants et contraint en hauteur par rapport au gabarit du bâtiment et aux niveaux de planchers par rapport aux fenêtres existantes.

Les résultats

Voulant responsabiliser les entreprises de travaux sur les résultats acoustiques à obtenir, nous avons proposé à la MOE de demander à certains lots la réalisation de mesures acoustiques finales après travaux, ce qui a été validé et décrits dans les CCTP des lots concernés : Menuiseries extérieures, Cloisons-doublages-plafonds, Menuiseries intérieures, Chapes/Revêtements de sol, et CVC. Pour plus de simplicité, sur notre proposition, les entreprises ont passé commande de ces mesures à un unique BET acoustique, ce qui est revenu, à notre connaissance, à un montant tout à fait abordable au regard de leur marché de travaux.

Les résultats obtenus montrent qu’à quelques détails près, tous les objectifs sont satisfaits. Les valeurs sont plutôt de haut niveau pour une « petite école de musique de province » :

isolements de 60 à 72 dB entre deux salles de musique et de 38 à 52 dB entre salle de musique et circulation, isolement de plus de 55 dB entre studio et salle MAO (baie vitrée), isolement de 74 dB entre salle d’orchestre et studio de musique amplifiée, isolement de 60 dB entre salle d’orchestre et hall, etc. Bruit de ventilation inférieur à 25 dBA et NR20 dans quasiment toutes les salles. La durée de réverbération dans la salle d’orchestre est légèrement inférieure aux attentes, et le niveau de bruit de ventilation un peu élevé (NR26), sans que ce soit critique.

En complément de ces mesures, nous avons réalisé des mesures de critères de salles dans la salle d’orchestre, dont les résultats se corrèlent bien à la modélisation sous CATT Acoustic.

Conclusion

Compte tenu des contraintes, et en considérant le point de départ (ancien couvent dont il a fallu tout casser sauf les façades), les résultats obtenus sont excellents, tant du point acoustique qu’architectural. 

Une chance sur ce projet a été d’avoir un programme technique assez léger, ce qui a permis aux concepteurs de proposer le meilleur possible compte tenu des contraintes et de leur expérience. Les échanges entre l’architecte et nous ont été particulièrement fructueux, grâce à un respect mutuel et une grande confiance dans les qualités des uns et des autres.

Une autre chance a été d’avoir une maîtrise d’ouvrage qui a su porter ce projet malgré de nombreuses difficultés, et qui a été sensible à la qualité architecturale et technique du projet proposé par les architectes.

Explorez nos dernières actus & références

Châteauform’ Les Docks de Paris – Aubervilliers (93)
9 décembre 2020
Lire »
Châteauform’ La Salle Wagram – Paris 17ème (75)
8 décembre 2020
Lire »
École intercommunale de Musique, d’Arts & de Danse – Brignoles (83)
26 novembre 2020
Lire »
Laboratoire de Biologie Médicale & Biopathologie – Nancy (54)
21 octobre 2020
Lire »
Nouveau Bâtiment de la Banque Européenne d’Investissement – Luxembourg
12 octobre 2020
Lire »